La province de Namur, au coeur de votre quotidien

  • www.ropslettres.be fait peau neuve avec une nouvelle interface

#3 – Maurice Bonvoisin dit Mars, collectionneur de Rops: Pornocratès

Pornocratès ou la Dame au cochon, inv. CFR 010.
Lettre de Félicien Rops, n° d’éd. 0475

Dans le cadre de l’exposition Mars (1849-1912). Dessinateur et collectionneur de Rops (7 mars – 17 mai 2020), 183 lettres de Rops adressées à ce grand collectionneur et « diffuseur » de son art ont été recensées. Ce corpus de missives constitue une source documentaire importante pour appréhender les choix techniques et les pratiques commerciales de Rops. Il révèle notamment les dessous de la réalisation de dessins majeurs tel que Pornocratès. Ce chef-d’œuvre du musée, connu également sous le titre de La Dame au cochon, est passé entre les mains de Maurice Bonvoisin avant que ce dernier ne lui trouve un nouvel acquéreur. Voici un extrait d’une lettre illustrée que Rops lui adresse le 20 février 1879. Il y dévoile le processus de création de ce « grand dessin bien curieux ».

 « Je viens de terminer, – (je bavarde toujours puisque malgré les deux heures qui sonnent à St Augustin je continue à ne pas avoir sommeil) – un grand dessin bien curieux, – je l’ai fait d’après le même modèle qui a posé pour le St Antoine et à l’aide du même procédé. […] Le dessin représente une grande femme nue, quart nature, se détachant sur un ciel bleu foncé parsemé d’étoiles et o[ù] des amours – 3 amours ! volent en s’enfuyant, à tire d’aîles, la femme, les yeux bandés est conduite en aveugle par un cochon. C’est intitulé – Pornocratie – Sous la frise les petits génies des beaux Arts courbent – en gémissant !! la tête !! La femme est chaussée & gantée de noir. C’est philosophique en diable et moral cette flétrissure du veau – non je veux dire du cochon d’or ! – Au fond je me fiche naturellement le plus franchement du monde des « idées philosophiques » & je n’ai eu d’autre idée que de peindre « mot à mot » une belle fille qui pour réjouir mes bons yeux de peintre s’était campée nue devant moi en gardant ses bas de soie ses gants noirs et son Gainsborough : C’est un peu classique, mais la fille est un modèle classique & je fais ce que je sens. Si Dieu me prête et si le Diable ne me gâte pas cette merveilleuse créature ce n’est pas la dernière fois que je la portraiturerai ! »

Pour lire l’entièreté de la lettre : n° d’éd. 0475.

Premier témoin de cette réalisation, Mars est aussi celui qui assure la vente de l’œuvre en mai 1879 à un certain Léon Lecreps à Liège.