N° d'édition 2886

  • Expéditeur
    Félicien Rops
  • Destinataire
    Léon [Dommartin]
  • Lieu de rédaction
    s.l.
  • Date
    0000/00/00 [+]
    Cette lettre n'a pas encore fait l'objet de recherches permettant de proposer une datation.


Texte

[1r° : 1]

Mon Cher Léon,

Fais-moi le plaisir d’aller trouver le plus tôt possible notre ami Prosper pour le service dont je t’ai parlé & qui ne souffre aucun retard. Je comptais aller moi-même à Bruxelles lui soumettre mon cas mais Paul se trouvant avec moi ici, je n’aime pas à le laisser seul à l’auberge Boussingault, les conversations artistiques y ont de la couleur, mais elle est quelque fois un peu crue de ton, pour un garçon de seize ans. – Cette affaire Lemerre m’a réellement désespéré un instant, mais tu comprends que du moment o[ù] un éditeur honnête homme agit comme un ami je ne peux pas le traiter en commerçant simplement & lui demander dans un moment pénible & tout à fait transitoire l’exécution stricte d’un contrat dont il ne pourrait exécuter les clauses qu’en s’imposant les plus grands sacrifices. D’autant plus que le premier janvier, il rend à mes contrats toute leur valeur. Voici donc ce que je te prie de demander à Prosper : Je lui demande de me faire escompter deux mille francs chez son banquier payables fin décembre prochain – à son ordre. Pour la garantie de cette somme je lui remets le 15 octobre trois tableaux d’une valeur – valeur marchande, – puisque Cadart en offre cette somme, – (mais il ne peut me payer qu’en mai & en mai je n’ai plus besoin d’argent,) de deux mille francs. Ce n’est comme tu le vois pas un prêt que je lui demande mais un simple acte de complaisance et franchement je ne connais que lui d’assez

[1v° : 2]

simplement bon & serviable pour me venir discrètement en aide en cette occurrence.

– Il n’a rien naturellement à risquer puisque je lui remets des tableaux de moi en caution, & que tu signes en endos les billets.

Maintenant si Prosper se trouve en fonds & qu’il veut bien accepter les billets pour fin janvier, fin février, fin mars, & fin avril par billets de 500 francs je le prefèrerais, parceque cela me donnerait un peu plus de temps après une alarme aussi chaude mais enfin qu’il fasse comme il le juge convenable, cela sera bien fait.

Ces billets seraient payables 317 Avenue Louise chez moi ou s’il le préfère sur Paris 9. Passage Ste Marie. Mais j’aimerais autant à Bruxelles parce que j’y serai une grande partie de l’hiver.

Je te serre bien la main – fais vite je dois pour l’échéance de ce mois envoyer les fonds le 28.

À toi

Fély

Inutile de te dire que si Prosper le désire je lui enverrai mes Contrats avec Lemerre – dont la maison est maintenant mieux assise & plus solide que jamais, – & il pourra voir par ces contrats que je peux faire face à beaucoup de choses – Sois discret pour Lemerre & prie Colard de rien dire de cela – les bruits qui ont couru lui faisait du tort naturellement ils sont maintenant calmés, – il ne faut pas faire d’imprudences. Prosper peut prendre du reste tous les renseignements commerciaux sur la maison Lemerre & il verra de quelle excellente réputation elle jouit.

À toi fais vite – c’est une question bien importante pour moi, presqu’une

[1r° : 3]

question capitale.

Ah ! si tous nos amis me payaient !!

À toi

Serre bien la main de Prosper pour moi.