N° d'édition 0234

  • Expéditeur
    Félicien Rops
  • Destinataire
    Inconnu
  • Lieu de rédaction
    [Anseremme]
  • Date
    [1875/09/00] [+]
    Datation sur base de l'apostille.


Texte

[1r° : 1]

Mon Cher Vieux

Ah tu nous a manqué et tu as par contre rudement manqué le coche ! – Tu viens de passer loin de notre Nid d’Anseremme les meilleurs huit jours de la Saison !

Vendredi Soirée dansante chez Bricart Dimanche id chez Bricart. Lundi – Bal des Artistes à l’hotel de ville d’Anseremme les Bains ! Avec illuminations, verres de couleur, drapeaux sapins, décors, boissons, buffet, suisse à la porte ! – Très chic !! et ébouriffant ! on t’a télégraphié, attendu & on était certain de ton arrivée puisque tu avais promis d’être Lundi ici ! C’est bête ! La fête a été décidée Lundi à 9 heures ½ du matin, tout le monde s’est mis à l’œuvre avec un entrain du diable. J’avais retourné toutes les « mufleries » et entrainé mon monde, – C’est un de mes succès intimes ! – C’est le diable de faire bouger toutes ses épaisseurs à derme trop nourri ! Enfin on s’y est mis et Fontaine était le plus enragé !!

Il nous était tombé la veille une ravissante petite femme : la sœur plus jeune des Schimd – pétillante, un téton solide comme un Turc et « jeune ! » & amoureuse !! !

[1v° : 2]

Plus : les 3 Demoiselles « Lembacq » – de Nivelles en Brabant – dont une avait une bien bonne casquette ! une belle grosse wallonne entr’autres ! Je baisotille dans le tas des femmes [grosses ?] ! & j’ai « fait mes frais » ! – Que les Dieux bombanciers se réjouissent. C’est trop bête, fais tes affaires ! mais aller s’enfermer avec un vieux Josson de lisière pour boire du bourgogne et ne pas tuer des perdreaux quand tout le monde est ici Dom et les autres, je trouve cela niais !! et tu en es puni par ton absence à la plus abracadabrante partie que l’art moderne ait fait à Anseremme ! Et nous sommes punis aussi Vieille bête ! Car tu deviens vieux & marmiteux, il n’y a pas à dire ! –

Fiche moi la paix avec Dandoy et les avirons ! – C’est une vieille blague. Je t’ai dit que jamais Dandoy ne fait n’a fait & ne fera ce qu’il dit, pourquoi te le faire répéter. ? Pourquoi ne pas prendre les avirons avec lui de force – en le prenant par le bras ? Les Demoiselles Barré au bal t’ont bien demandé, et les demoiselles Disière aussi ! Quel bal ! 16 couples dansant ! Liesse pochard ! – Enfin des curiosités adorables ! et la grande Salle de l’hotel de ville !!

[1v° : 3]

Je ne vais pas à Jodoigne c’est bien trop loin d’Anseremme & il n’y qu’ici qu’on s’amuse ! Pigeon vole arrivé, nous ramons avec des avirons atroces, mais il va quand même, & les femmes l’adorent !

Et puis pourquoi Jodoigne ? On n’y fera pas «ses frais » ! J’ai étudié la topographie des lieux & des gens.

Je suis furieux au fond contre toi. Nous convenons de passer au moins quinze jours à Anseremme avec Dom, – (et il partage ma juste indignation,) – nous arrivons et le cinquième jour tu files comme un mufle pour dîner avec de vieilles garces et un tas d’imbéciles à ventres ! – Passe encore pour un jour ou deux, puisque il faut faire des affaires sérieuses. Mais non tu restes collé à la Toison d’or de Josson et tu t’abrutis avec cet aimable vieillard qui te « consultes sur les plantations » tu devais d’abord le planter là !

As-tu 62 ans toi ? Réponds – Si tu continues à vieillardiser et pituiter de la sorte je t’abandonnes à l’heureux sort qui est destiné aux natures mucilagineuses – tu deviendras riche, bête, ventru, podagre & nous te blaguerons que tu n’y verras plus notre feu. Tremble & amende-toi !

À toi & dis à Josson que je me fous en lui.

[1r° : 4]

N’oublie pas ceinture de natation & caleçon de bain ! – C’est superbe ici le bain à tétons – Tu manques les plus jolies occasions de pelotage & de succès ! – Enfin tu as ton retour d’âge ! Dandoy superbe ici pelottant les femmes & rutilant dans le bal t’aurait fait honte – et vêtu de ton paletôt !! & ta culotte !! ! – Et il nous a tous photographié sur « la plage ! » Pigeon vole compris ! Et toi cochon Jossonnier que tu es, tu n’y étais pas ! tu n’y étais pas !

« Pends-toi brave Crillon on a vaincu sans toi »

disait Henri IV après Ivry ! –

Aujourdhui les adieux de tout cela dans le bain ! On part !

Termes d'index